Trading Colonies - East India Compagny


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arrivée de François - De l'art et de la guerre

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Arrivée de François - De l'art et de la guerre   Mer 15 Oct - 0:13

Fraîchement débarqué sur l'île de Martinique, le jeune capitaine de Villars, se rendit au domicile de Maître Carpaccio di Mozzarella, un célèbre peintre avec toute une cargaison gardée secrète dans des coffres et sous des draps.

La petite troupe se dirigea d'un pas bien lent vers une grosse demeure, à l'écart de la ville.


Allons messieurs... du cran !

Un vieillard vint à monter l’escalier. A la bizarrerie de son costume, à la magnificence de son rabat de dentelle, à la prépondérante sécurité de la démarche, François devina dans ce personnage ou le protecteur, ou l’ami du peintre ; il se recula sur la palier pour lui faire place, et l’examina curieusement, espérant trouver en lui la bonne nature d’un artiste ou le caractère serviable des gens qui aiment les arts ; mais il aperçut quelque chose de diabolique dans cette figure, et surtout ce je ne sais quoi qui affriande les artistes. Imaginez un front chauve, bombé, proéminent, retombant en saillie sur un petit nez écrasé, retroussé du bout comme celui de Rabelais ou de Socrate ; une bouche rieuse et ridée, un menton court, fièrement relevé, garni d’une barbe grise taillée en pointe, des yeux vert de mer ternis en apparence par l’âge, mais qui par le contraste du blanc nacré dans lequel flottait la prunelle devaient parfois jeter des regards magnétiques au fort de la colère ou de l’enthousiasme.

Le visage était d’ailleurs singulièrement flétri par les fatigues de l’âge, et plus encore par ses pensées qui creusent également l’âme et le corps. Les yeux n’avaient plus de cils, et à peine voyait-on quelques traces de sourcils au-dessus de leurs arcades saillantes. Mettez cette tête sur un corps fluet et débile, entourez-la sur le pourpoint noir du vieillard une lourde chaîne d’or, et vous aurez une image imparfaite de ce personnage auquel le jour faible de l’escalier prêtait encore une couleur fantastique. Vous eussiez dit d’une toile de Rembrandt marchant silencieusement et sans cadre dans la noire atmosphère que s’est appropriée ce grand peintre…




(hrp : si cela est possible, je prends la Nouvelle-France)
Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée de François - De l'art et de la guerre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Antoine-François Desrues – Épices et poisons - 1777
» Une énigme de Testou : François Salsou
» Que pensez vous des sites et moniteurs Hyip français?
» Pierre-François Lacenaire - 1836
» François Salvador, l'artificier sanglant - 1925

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trading Colonies - East India Compagny :: . Archives de TC . :: Présentation-
Sauter vers: